« Ces Canadiennes et Canadiens qui s’envolent en hiver » (Au rythme de notre monde dans Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, 18 janvier 2019)

Au moment où j’écris ces lignes, Carol Doucet parcourt l’Italie. Accompagnée de son conjoint, la directrice de l’agence de promotion Le Grenier musique, sise à Moncton, fait partie des Canadiennes et Canadiens qui choisissent de prendre des vacances à l’étranger pendant la saison hivernale. Pourquoi ?

Certes, le phénomène des « snowbirds » s’attribue facilement au désir de fuir les rigueurs de notre hiver septentrional. Si, bon an, mal an, plus de 700 000 Canadiens migrent pour plus de 31 jours vers la Floride ensoleillée, le climat y est pour beaucoup. Sinon, aussi bien s’offrir un séjour en Pologne !

Mais qu’en est-il des gens qui, à l’instar de Carol, font des voyages plus courts dans un autre pays ? Ont-ils la même motivation ?

Quelques chiffres permettent de mieux cerner cette tendance. Selon Statistique Canada, qui publie régulièrement une « Enquête nationale sur les voyages », les résidents canadiens ont effectué 9 460 000 déplacements à l’étranger au premier trimestre de l’an dernier. Une majorité (65 %) avaient pour destination les États-Unis, ce qui est tout à fait normal.

Petite parenthèse : l’impopularité notoire du président Trump au Canada n’a rien fait pour freiner le tourisme chez l’oncle Sam. Tout au contraire : alors que les traversées frontalières avaient chuté en flèche en 2015, elles augmentent progressivement depuis son investiture en janvier 2016. C’est le dollar qui décide, non pas le Donald.

Reste que les Canadiennes et Canadiens ont réalisé 3,3 millions de voyages vers des pays du Sud ou d’outre-mer de janvier à mars 2018.

Lire la suite »