«La recherche, ce n’est pas un sprint, c’est un marathon» : entretien avec Cody Donaldson, récent diplômé de l’Université Sainte-Anne et assistant auprès la CRÉAcT

Membre de l’équipe de la CRÉAcT depuis 2016, Cody Donaldson vient de terminer ses études de premier cycle à l’Université Sainte-Anne. Lors de la cérémonie de remise des diplômes, le 11 mai 2019, il a remporté deux prix d’excellence, autant d’honneurs qui témoignent du sérieux intellectuel de ce jeune homme pour qui découvrir et apprendre apportent une réelle joie. C’est en lui faisant part de nos plus vives félicitations ainsi que de notre plus profonde reconnaissance pour ses contributions, en tant qu’assistant de recherche, aux projets de la Chaire, que nous présentons cet entretien avec Cody.

Décrivez votre parcours à l’Université Sainte-Anne. Qu’est-ce que vous avez étudié et dans quel but ?

Je suis récemment diplômé du programme B.A./B.Ed. en enseignement au niveau secondaire (majeure en français, mineure en histoire). J’ai passé cinq années à l’Université Sainte-Anne, riches en moments inoubliables. D’abord, je me suis intéressé au domaine de l’éducation puisque c’est le moyen par lequel j’ai eu le goût du français, qui n’est pas ma première langue. Mon rêve, en ce qui concerne ma carrière, est donc de faire naître chez mes élèves la même passion pour la langue française. Je fais actuellement de la suppléance dans des écoles du CSAP [Conseil scolaire acadien provincial] et je débuterai ma première pleine année d’enseignement au mois de septembre.

D’où êtes-vous originaire ? Quel a été votre cheminement jusqu’ici ?

Mon village d’origine, Argyle, est situé au bord de la mer et fait partie de la région de Par-en-bas. J’ai fait mes études élémentaires et secondaires à l’école Drumlin Heights dans le programme d’immersion et c’est en septembre 2014 que je suis arrivé à l’Université Sainte-Anne. Cela veut dire que, jusqu’à maintenant, je n’ai eu que deux lieux de résidence dans ma vie : la maison où j’ai grandi et ma résidence à l’université. J’ai fait mes stages d’enseignement dans quelques-unes des écoles secondaires du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, y compris l’École secondaire de Par-en-Bas.

En 2017, j’ai eu l’occasion de me rendre en Louisiane avec l’équipe de la CRÉAcT pour mener des recherches de terrain et dans les centres d’archives. Nous avons visité plusieurs sites culturels et organisé une journée d’immersion française en collaboration avec le centre NUNU à Arnaudville. Ce voyage était une expérience très formatrice de mon assistanat qui m’a profondément marqué.

IMG_0124
L’équipe de la CRÉAcT dans la salle de consultation de la Hill Memorial Libary, Louisiana State University (Bâton-Rouge), été 2017.

Lire la suite »

Charrer-Veiller, podcast francolouisianais (épisode 14) : entretien avec Clint Bruce

Créé en 2018 et animé par Chase Cormier et Joseph Pons, deux jeunes francophones de la Louisiane, le podcast ou balado Charrer-Veiller propose des entretiens avec des acteurs et observateurs de la francophonie louisianaise. (Pour une réflexion sur cette initiative, lire le texte de M. Cormier dans La Filière Louisiane, «Le nouveau paysage médiatique de la Franco-Louisiane». Le lundi 23 avril dernier, à la faveur d’un séjour de recherche dans la région de Lafayette, j’ai eu l’honneur d’être reçu dans les studios d’Acadiana Open Channel, chaîne communautaire, pour enregistrer une conversation qui fait l’objet du quatorzième épisode de Charrer-Veiller. Nous avons abordé le contexte culturel actuel, la situation linguistique, la diaspora acadienne et son évolution historique, des questions politiques et sociales, dont le racisme, ainsi que quelques aspects de mon parcours. Bonne écoute (ici, ci-dessus ou ci-dessous) et bravo à l’équipe de Charrer-Veilleur pour tous ses efforts !  2019-05-09_Charrer-Veiller Logo

M. Clint Bruce

 

 

Antibilinguisme et mobilisation francophone – Visionnez la Classe de maître de Ricky G. Richard (18 mars 2019)

Le 18 mars dernier s’est déroulée sur le campus de l’Université Sainte-Anne une importante et stimulante discussion sur un sujet d’actualité brûlant à l’heure du populisme francophobe : Antibilinguisme – menace réelle ou occasion à saisir pour les francophones ? Coparrainée par la Société acadienne de Clare dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie 2019, cette cinquième Classe de maître de la CRÉAcT a été animée par Ricky G. Richard, politologue, blogueur citoyen et ancien fonctionnaire au Commissariat aux langues officielles. (Voir le communiqué de presse pour les détails.) Si vous avez manqué cette activité, il n’est pas trop tard pour en tirer profit ! Grâce à la collaboration du Bureau des communications de l’Université Sainte-Anne, la vidéo de la webdiffusion est disponible ici :  

Voici un choix de photos prises par Louise d’Alessio-Doucet du C.H.U.S.A. (Comité d’histoire de l’Université Sainte-Anne).

Clint Bruce, titulaire de la CRÉAcT

M. Clint Bruce

Lancement du projet «Repenser l’Acadie dans le monde», jeudi 14 mars 2019 à l’Institut L.-R.-Wilson (McMaster U.)

Ce jeudi, 14 mars 2019, aura lieu le lancement du projet Repenser l’Acadie dans le monde : études comparées, études transnationales, en collaboration avec Gregory Kennedy de l’Institut études acadiennes (IÉA) de l’Université de Moncton. Cette table ronde est organisée par l’Institut L.-R.-Wilson d’histoire canadienne, à McMaster University, auquel le professeur Kennedy et moi-même sommes affiliés en tant que chercheurs associés (2017-2020). Le lancement comprendra également une présentation de Corina Crainic, aussi de l’IÉA et l’une des participantes à cette initiative.

Repenser l’Acadie dans le monde réunira une vingtaine de chercheur-e-s autour d’une vision que nous avons énoncée dans les termes suivants :  

L’Institut L.-R. Wilson (McMaster University) a récemment appelé les spécialistes en histoire canadienne à « repenser le Canada dans le monde ». Chercheurs associés à l’Institut Wilson, Clint Bruce et Gregory Kennedy ont comme ambition de renouveler les études acadiennes en invitant les chercheur-e-s à situer l’Acadie dans une double perspective, transnationale et comparée. Le champ pluridisciplinaire des études acadiennes s’est constitué afin de mieux comprendre le devenir de la collectivité francophone du Canada atlantique, aujourd’hui composée de plusieurs communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM), dont 32,1 % de la population du Nouveau-Brunswick, 3,4 % de celle de la Nouvelle-Écosse et 3,6 % de celle de l’Île-du-Prince-Édouard, dans les seules Provinces maritimes. Malgré sa diversité à plusieurs égards, la collectivité acadienne est unie par une mémoire historique marquée par le Grand Dérangement, au milieu du 18e siècle : cette violente dispersion du peuple acadien par les autorités britanniques vient fonder une diaspora transrégionale, transnationale et circum-atlantique, et cette réalité continue de façonner l’évolution de la société acadienne et de conditionner le rapport de celle-ci au monde extérieur. La création d’un nouveau réseau de recherche autour du projet Repenser l’Acadie dans le monde aboutira plus tard à la publication d’un ouvrage collectif ayant pour but de recentrer les réflexions sur l’Acadie sur les dynamiques de la mondialisation.

La table ronde de ce jeudi n’est que la première étape dans une série de démarches sur les trois prochaines années. Plus de nouvelles à venir !

M. Clint Bruce

 

 

Mois de l’Histoire des Noirs : se souvenir de Pierre Caliste Landry (1841-1921)

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de l’Observatoire Nord/Sud et de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

la_filiere_louisiane

Donaldsonville (Louisiane), 1er janvier 1874 : «Il n’y a rien que les gens de couleur [colored people] désirent plus que de cultiver des relations amicales avec les Blancs. Mais ces derniers doivent nous accorder un traitement juste et honnête. Ils doivent cesser de nous mentir et d’injurier nos dirigeants. Ils doivent nous consentir de bon cœur tous les droits et privilèges publics que les lois du pays disent être les nôtres. Et ensuite nous irons les rencontrer à mi-chemin et, en leur tendant la main de l’amitié, nous accepterons désormais de vivre dans l’harmonie[1]

C’est à l’occasion d’un rassemblement commémorant le onzième anniversaire de l’abolition de l’esclavage par décret du président Abraham Lincoln, que ces mots furent prononcés – en anglais – par Pierre Caliste Landry (1841-1921). Né dans l’esclavage, Landry faisait partie de cette génération dynamique et courageuse d’hommes politiques afro-américains qui émergea dans le sillage de la guerre de Sécession (1861-1865) et qui, aux côtés de leurs alliés progressistes blancs, mena un difficile combat pour l’égalité raciale. Quelques années plus tôt, en 1868-1869, ce Créole francophone avait été le premier Noir à occuper la mairie d’une ville des États-Unis.

Comme le suggère son nom de famille, il avait aussi des origines acadiennes.

Alors que s’achève le Mois de l’Histoire des Noirs 2019, il fait bon se souvenir de Pierre Caliste Landry.

Lire la suite sur le site d’Astheure…

« Les enjeux des Jeux, ou le Nouveau-Brunswick face à la Francophonie » (Au rythme de notre monde dans Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, 15 février 2019)

Depuis le parution de ce texte dans Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, le Conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) a décidé de relancer le concours pour accueillir les Jeux de 2021, n’ayant reçu aucune candidature depuis le désistement du Nouveau-Brunswick. De son côté, le Comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie 2021 (CNJF) a publié cette déclaration afin de mieux expliquer sa position.

Il faut parfois appeler les choses par leur nom. Il y a quelques jours le gouvernement du Nouveau-Brunswick annonçait sa décision de se retirer des Jeux de la Francophonie, que la province devait accueillir en 2021. C’est la débâcle.

Le premier ministre Blaine Higgs (PCNB) impute ce désistement à une prévision budgétaire devenue exorbitante. Bien loin des 17 millions $ anticipés initialement, un plan d’affaires ultérieur faisait gonfler les dépenses à 130 millions $ – un coût total huit fois plus élevé – avant que le chiffre ne soit revu à la baisse (à 62 millions $).

Trop peu, trop tard.Lire la suite »

La Filière Louisiane : Le nouveau paysage médiatique de la Franco-Louisiane (Chase Cormier)

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de l’Observatoire Nord/Sud et de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

la_filiere_louisiane

Il y a en ce moment, en Louisiane francophone, plusieurs initiatives qui s’efforcent d’insuffler un nouvel élan à l’utilisation du français dans la sphère publique. Alors que quelques stations de radio, comme KVPI 92.5 FM et KRVS 88.7 FM maintiennent une programmation limitée en français, les plateformes socionumériques permettent un renouveau par d’autres moyens. Nous avons demandé à Chase Cormier d’élucider deux projets auquel il collabore.

Deux nouvelles initiatives : Charrer-Veiller et Télé-Louisiane

Ces projets ont vu le jour grâce aux plateformes socionumériques, cruciales pour capter les voix francophones ici autour de Lafayette, mais aussi pour faire connaître la présence de la langue française en Louisiane dans le reste de la francophonie ainsi qu’auprès des anglophones louisianais. Télé-Louisiane, une initiative très récente, se veut la seule chaîne exclusivement francophone en Louisiane. C’est une chaîne culturelle et d’informations, diffusée en ligne (sur Youtube, Instagram et Facebook). L’équipe est dynamique et créative. Elle publie des animations pour les enfants, des nouvelles, des documentaires culturels, des interviews et un tas plus. J’ai beaucoup d’espoir en Télé-Louisiane et pour ce qu’on va voir de cette chaîne.

Aussi, nous avons Charrer-Veiller, un nouveau podcast enregistré à Lafayette, et le seul réalisé par des Francolouisianais en Louisiane. Mon ami Joseph Pons et moi avons créé ce projet en octobre 2018 à la suite d’une discussion dans une table française au centre-ville [de Lafayette]. Nous trouvions nos conversations dans ces réunions plutôt intéressantes, et donc on a décidé de les enregistrer. On a commencé à enregistrer nos conversations aux studios d’AOC (Acadiana Open Channel, une télévision communautaire locale, dans leur salle de podcast). Nous avons des invités toutes les deux semaines. Et encore, grâce aux plateformes socionumériques, notre podcast semble être bien reçu par le public.

D’après moi, ces deux projets sont les plus prometteurs puisqu’ils ajoutent de la diversité aux efforts de promotion du français en Louisiane. Nous, les Francolouisianais, devenons de plus en plus visibles dans les espaces publics, artistiques et littéraires. Ces deux initiatives nous donnent une présence sur les plateformes socionumériques.

Lire la suite sur le site d’Astheure…

« Ces Canadiennes et Canadiens qui s’envolent en hiver » (Au rythme de notre monde dans Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, 18 janvier 2019)

Au moment où j’écris ces lignes, Carol Doucet parcourt l’Italie. Accompagnée de son conjoint, la directrice de l’agence de promotion Le Grenier musique, sise à Moncton, fait partie des Canadiennes et Canadiens qui choisissent de prendre des vacances à l’étranger pendant la saison hivernale. Pourquoi ?

Certes, le phénomène des « snowbirds » s’attribue facilement au désir de fuir les rigueurs de notre hiver septentrional. Si, bon an, mal an, plus de 700 000 Canadiens migrent pour plus de 31 jours vers la Floride ensoleillée, le climat y est pour beaucoup. Sinon, aussi bien s’offrir un séjour en Pologne !

Mais qu’en est-il des gens qui, à l’instar de Carol, font des voyages plus courts dans un autre pays ? Ont-ils la même motivation ?arnm_2019-01-18_ces canadiennes et canadiens qui s'envolent

Quelques chiffres permettent de mieux cerner cette tendance. Selon Statistique Canada, qui publie régulièrement une « Enquête nationale sur les voyages », les résidents canadiens ont effectué 9 460 000 déplacements à l’étranger au premier trimestre de l’an dernier. Une majorité (65 %) avaient pour destination les États-Unis, ce qui est tout à fait normal.

Petite parenthèse : l’impopularité notoire du président Trump au Canada n’a rien fait pour freiner le tourisme chez l’oncle Sam. Tout au contraire : alors que les traversées frontalières avaient chuté en flèche en 2015, elles augmentent progressivement depuis son investiture en janvier 2016. C’est le dollar qui décide, non pas le Donald.

Reste que les Canadiennes et Canadiens ont réalisé 3,3 millions de voyages vers des pays du Sud ou d’outre-mer de janvier à mars 2018.

Lire la suite »

Profil : Yvette Comeau, stagiaire de la CRÉAcT à l’Observatoire Nord/Sud de l’Université Sainte-Anne

En 2018-19, la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) compte dans son équipe Yvette Comeau qui effectue un stage à l’Observatoire Nord/Sud, le centre de recherche rattaché à la CRÉAcT. Originaire de Saulnierville (N.-É.), Yvette est étudiante au programme de maîtrise en Cultures et espaces francophones de l’Université Sainte-Anne. 

Elle nous explique ici ses intérêts intellectuels et les motivations derrière ses projets actuels.

Pourquoi avez-vous décidé d’intégrer le programme de maîtrise en Cultures et espaces francophones ? Quel sujet de recherche avez-vous l’intention d’explorer ?

YC : Pour moi, ce programme de maîtrise est la suite logique dans mon parcours. Mes expériences professionnelles, et surtout mes intérêts personnels, font en sorte que ce programme est tout à fait convenable pour moi. J’ai l’intention d’axer mes recherches sur la linguistique – plus précisément sur les changements linguistiques – en me concentrant sur les facteurs qui assurent la survie de certains traits d’une langue en constante évolution.

Vous avez déjà eu un parcours professionnel tout à fait intéressant. Dans quel domaine avez-vous travaillé, et où ?

YC : Après avoir obtenu un baccalauréat en administration des affaires de l’Université Sainte-Anne, j’ai décidé de poursuivre mes études en traduction à l’Université d’Ottawa. Finalement, je suis restée dans cette ville pendant plus de 10 ans, travaillant comme traductrice à la fonction publique.

Vous êtes revenue vivre à la Baie Sainte-Marie il y a deux ans. Qu’en est-il jusqu’ici de ce retour dans votre région d’origine ? 

YC : Je suis bien contente d’être de retour à la Baie. Avant d’intégrer le programme de maîtrise, j’occupais le poste de gérante du centre d’information touristique Le Rendez-vous de la Baie. J’adore vivre ici, à la campagne, près de la mer. Je suis très fière d’être Acadienne, et je me suis rendu compte à quel point il est important pour moi de vivre parmi des gens qui partagent ma langue et ma culture. Parmi mes activités en ce sens, je fais partie du conseil d’administration de la Société acadienne de Clare.

Il paraît que vous aimez beaucoup voyager et que vous avez visité plusieurs pays du monde, de l’Amérique latine jusqu’en Asie du sud-est. Qu’est-ce que ces expériences vous apportent ?

YC : Oui, j’adore voyager ! Mes expériences de voyage sont tellement enrichissantes. Elles me permettent de découvrir des pays, d’en apprendre davantage sur des langues et des cultures, et de faire des rencontres inoubliables avec des gens des quatre coins du monde. Elles me permettent également de poser un regard extérieur sur mon identité, ce qui est très important pour moi.

Parmi les thématiques de recherche de la Chaire, où voyez-vous des liens avec vos propres intérêts intellectuels ?

YC : Je trouve les thématiques de recherche de la Chaire très intéressantes. Je m’intéresse beaucoup à l’histoire des Acadiens et à nos liens avec les Cadiens. Mon travail ici m’aidera sûrement tout au long de ma maîtrise, et m’outillera pour effectuer mes propres recherches. Je suis bien contente de faire partie de l’équipe !

Quand la recherche croise le fer avec les pirates ! (Nouvel article de Clint Bruce paru dans la revue française Transatlantica)

À qui ces pirates lèvent-ils si gaiment leur chope de rhum ? Ces membres du collectif Pyrates Image sont posés devant le tombeau de Dominique You, célèbre corsaire louisianais du tournant du 19e siècle, enterré au cimetière St-Louis nº 2 à La Nouvelle-Orléans. Contrebandier, compagnon de Jean Laffite et combattant lors de la bataille de La Nouvelle-Orléans, You est une figure centrale dans un article que je viens de faire paraître dans Transatlantica : revue d’études américaines « Les autres pirates des Caraïbes : transtextualités transatlantiques chez Michel Séligny (1807-1867), écrivain créole de la Nouvelle-Orléans »

En voici le résumé et, ci-dessous, une sélection d’images accompagnant le texte. Bonnes découvertes et bonne lecture !

Dans la Louisiane d’avant la guerre de Sécession, les textes dénonçant l’esclavage sont extrêmement rares en raison des lois limitant la liberté d’expression. Cet article se propose d’étudier une exception frappante mais discrète, à savoir le feuilleton « Un pirate » (1853), signé par Michel Séligny, homme de couleur. En tenant compte de l’ambiguïté de la situation des gens libres de couleur, il s’agira de mettre en lumière les enjeux et stratégies de la mise en fiction de l’histoire locale, plus particulièrement des corsaires négriers, à l’effet de contester le rôle de ces derniers dans la mémoire populaire. Ces stratégies comprennent notamment la réécriture d’une nouvelle du romancier français Eugène Sue.

 

M. Clint Bruce

Clint Bruce, Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales de l’Université Sainte-Anne