Call for Papers: Francophone Louisiana’s International Relations (April 1, 2018)

Symposium:
Francophone Louisiana’s International Relations

New Orleans

To be held in association with the 21st Biennial Conference of the American Council for Québec Studies (ACQS)

In collaboration with

The Historic New Orleans Collection
Council for the Development of French in Louisiana (CODOFIL)
Québec Studies
Éditions Tintamarre
Alliance française de La Nouvelle-Orléans
Canada Research Chair in Acadian and Transnational Studies (CRÉAcT), Université Sainte-Anne

November 1-4, 2018

Intercontinental New Orleans and Historic New Orleans Collection

Version française ici.

Though often represented as a marginalized or isolated region of the Francophone world, on the one hand, as well as distinct from the rest of the United States, on the other, Louisiana has been situated for more than three centuries at the crossroads of countless cultural, linguistic, and institutional exchanges. Alongside these realities highlighted in recent historiography, contemporary efforts to promote French and Francophones cultures of Louisiana have benefited from numerous international partnerships. In order to explore the international relations and transnational dynamics that have shaped Louisiana from the colonial period until now, we are pleased to accept abstracts for presentations relevant to Francophone Louisiana. This special symposium of the American Council for Québec Studies will thus offer an occasion to share critical perspectives on Louisiana vis-à-vis the international French-speaking world.

The conference will also highlight some milestone anniversaries in 2018: the tricentennial of the founding of New Orleans in 1718; 150 years since the proclamation of the Louisiana Constitution of 1868, a revolutionary document on civil rights; and, more recently, the 50th anniversary of the Council for the Development of French in Louisiana (CODOFIL), a state agency responsible for promoting Louisiana’s Francophone reality.

We welcome abstracts from various fields in the humanities and social sciences, as well as proposals with interdisciplinary approaches. Abstracts taking into account the cultural diversity of the region are strongly encouraged.Lire la suite »

Appel à communications : La Louisiane francophone et ses relations internationales (1er avril 2018)

Symposium :
La Louisiane francophone et ses relations internationales

La Nouvelle-Orléans

Organisé dans le cadre du 21e congrès bisannuel de l’American Council for Québec Studies (ACQS)

En collaboration avec

Historic New Orleans Collection
Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL)
Québec Studies

Éditions Tintamarre
Alliance française de La Nouvelle-Orléans
La Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT), Université Sainte-Anne

1 au 4 novembre 2018

Hôtel Intercontinental New Orleans et Historic New Orleans Collection

English version here.

Bien que la Louisiane soit parfois représentée comme une région marginalisée ou isolée au sein de la Francophonie, d’un côté, et distincte du reste des États-Unis, de l’autre, elle se trouve néanmoins, depuis plus de trois siècles, au carrefour d’une multitude d’échanges à la fois culturels, linguistiques et institutionnels. À côté de ces réalités mises en relief par l’historiographie récente, le développement de la francophonie contemporaine mise sur de nombreux partenariats internationaux. Afin d’explorer les relations internationales et les dynamiques transnationales qui l’ont façonnée depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours, nous acceptons des propositions de communication portant sur la Louisiane francophone. Ce symposium de l’American Council for Québec Studies sera donc l’occasion de croiser les regards critiques sur la Louisiane sous l’angle de ses rapports avec la Francophonie internationale.

Il sera également pertinent de souligner en 2018 des dates anniversaires marquantes : le tricentenaire de la fondation de La Nouvelle-Orléans en 1718 ; 150 ans depuis la proclamation de la constitution louisianaise de 1868, document révolutionnaire en matière de droits civiques ; et, plus près de nous, le 50e anniversaire du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), agence d’État chargée de veiller à la promotion du fait francophone.

Nous recevrons avec plaisir des communications issues de domaines divers en sciences humaines et sociales, ainsi que celles privilégiant des approches interdisciplinaires. La prise en compte de la diversité culturelle de la région est fortement encouragée.Lire la suite »

Peut-on mettre l’identité sur le marché ? Lecture pour la Classe de maître de Monica Heller (10 octobre 2017)

CRÉAcT en action ! / États de la recherche – Peut-on mettre l’identité sur le marché ? La langue acadienne peut-elle être rentabilisée, exploitée pour le développement économique ? Les cultures minoritaires doivent-elles se mettre au service du tourisme ? C’est sur ces questions que se penchera la troisième Classe de la maître de la CRÉAcT, animée par la professeure Monica Heller de l’Université de Toronto. Gratuit et ouvert au public l’atelier aura lieu le mardi 10 octobre à partir de 18h30 (Salle B-34, campus de Pointe-de-l’Église).

Afin de se préparer à la conversation, les membres du public ont le choix de lire un texte proposé par Mme Heller. Il s’agit d’un article de Claudine Moïse, Mireille McLaughlin, Sylvie Roy et Chantal White, « Le tourisme patrimonial : la commercialisation de l’identité franco-canadienne et ses enjeux langagiers » (revue Langage et société, 2006).

Bien entendu, la lecture de ce texte n’est pas obligatoire, il s’agit avant tout d’un avant-goût et d’une ressource pour mieux comprendre les enjeux à aborder.

Entrevue avec Rachel Doherty, stagiaire doctorale à l’Université Sainte-Anne

Doctorante en études francophones à l’Université de Louisiane à Lafayette, Rachel Doherty est récipiendaire d’une bourse de rédaction de la CRÉAcT. Dans le cadre de son stage à l’Université Sainte-Anne, qui durera jusqu’en août 2018, elle mènera ses propres recherches tout en participant aux initiatives de la Chaire et en donnant des cours. Voici quelques renseignements au sujet de cette jeune chercheuse dynamique…  

Parlez-nous un peu de vos recherches. Sur quoi porte votre projet de doctorat ?

Mon projet est une étude des sorciers et des loups-garous dans la littérature et le folklore de la diaspora acadienne. Dans la littérature de la fin du XXe siècle, il y a un courant de réappropriation de ces légendes effrayantes. Plusieurs poètes en Louisiane s’identifient au loup-garou. Pour Antonine Maillet et Régis Brun, du Nouveau-Brunswick, les sorciers acadiens représentent les luttes de la marginalité. J’explore les raisons pour lesquelles ces écrivains ont voulu faire la lumière sur ces figures occultes. 

Comment en êtes-vous venue à vous intéresser à ces thèmes ?

Tout d’abord, je me passionne pour le folklore et les histoires d’horreur ! De nos jours, la stratégie de re-caractériser le monstre est devenue un trope. On le voit partout : les X-Men, American Horror Story : Coven, même les vampires dans l’œuvre d’Anne Rice. Quand j’ai remarqué cette même tendance chez les écrivains en Acadie et en Louisiane, je voulais apprendre les motivations des auteurs ainsi qu’analyser les enjeux pour les cultures minoritaires francophones.   Lire la suite »

La CRÉAcT en Louisiane : Expérience Sainte-Anne, journée d’immersion chez NUNU à Arnaudville

CRÉAcT en action ! – Le samedi 8 juillet 2017, l’équipe de la Chaire a organisé une journée d’immersion française et d’ateliers de culture acadienne au centre culturel NUNU, à Arnaudville.

Visite Virtuelle Pano

Nous avons le plaisir de présenter ici quelques photos de cette activité qui a attiré plus de 50 participant-e-s. Nous tenons à remercier George Marks, Mavis Frugé et tous les bénévoles de NUNU : merci de votre accueil chaleureux !

NUNU

Lire la suite »

La CRÉAcT en Louisiane : que trouve-t-on dans le magazine Acadiana Profile ?

CRÉAcT en action ! / Au fil de l’histoire – Du 30 juin 2017 au 10 juillet 2017, l’équipe de la CRÉAcT effectue un séjour de recherche en Louisiane. L’objectif : recueillir des documents et des témoignages susceptibles d’apporter un éclairage nouveau sur l’évolution de la diaspora acadienne. L’étape la plus importante de notre excursion s’est déroulée à Lafayette, où les assistants de la Chaire ont examiné des documents et fonds d’archives à l’Université de Louisiane à Lafayette. Parmi d’autres projets, Réanne Cooper et Lorianne Cooper ont dépouillé le magazine Acadiana Profile, lancé en 1969.

La CRÉAcT en Louisiane : aux archives de LSU à Bâton-Rouge

La CRÉAcT en action / Au fil de l’histoireDu 30 juin 2017 au 10 juillet 2017, l’équipe de la CRÉAcT effectue un séjour de recherche en Louisiane. L’objectif : recueillir des documents et des témoignages susceptibles d’apporter un éclairage nouveau sur l’évolution de la diaspora acadienne. Le lundi 3 juillet, l’équipe de la Chaire était de passage à Bâton-Rouge. Pourquoi ? C’est simple : les collections spéciales de la bibliothèque Hill Memorial de l’Université d’État de Louisiane regorgent de trésors documentaires de l’époque coloniale et du XIXe siècle. Plus particulièrement, nous nous sommes intéressés à l’intégration des premières générations d’Acadiens à la société esclavagiste des régions où dominait la cultivation de la canne à sucre, le long du fleuve Mississippi. Voici quelques réflexions de fin de journée.

La CRÉAcT en Louisiane : Paroisse St-Jacques, sur le Mississippi

CRÉAcT en action ! – Du 30 juin 2017 au 10 juillet 2017, l’équipe de la CRÉAcT effectue un séjour de recherche en Louisiane. L’objectif : recueillir des documents et des témoignages susceptibles d’apporter un éclairage nouveau sur l’évolution de la diaspora acadienne. Le lendemain de leur arrivée à la Nouvelle-Orléans, les membres de l’équipe se sont rendus dans la paroisse St-Jacques sur le Mississippi, région sucrière et l’une des premières zones d’implantation acadienne, à partir de 1765.

Voir ci-dessous quelques photos de l’excursion.

Lire la suite »

Ce patrimoine acadien qu’on savoure : pour saluer la parution de Pantry and Palate de Simon Thibault

Œil sur l’Acadie / CRÉAcT en action ! – Un livre important vient de paraître : Pantry and Palate: Remembering and Rediscovering Acadian Food (Nimbus Publishing, 2017) de Simon Thibault (avec photos de Noah Fecks), journaliste à la réputation grandissante, originaire de la Baie Sainte-Marie et ancien de l’Université Sainte-Anne. Organisé par la Société acadienne de Clare et le Centre acadien de l’Université Sainte-Anne, le lancement, tenu à la Salle Richelieu le soir du 13 juin 2017, a attiré plus d’une centaine de personnes. Pour cette occasion marquante, M. Thibault a eu la gentillesse de nous demander de prononcer un mot d’introduction que nous présentons ici sous une forme légèrement retouchée.

Tout comme l’auteur de Pantry and Palate: Remembering and Rediscovering Acadian Food, un ouvrage riche, plein d’érudition et débordant d’images appétissantes grâce à la collaboration du photographe Noah Fecks, je suis de ceux-là qui croient que la cuisine acadienne des Maritimes est sous-estimée.

2017-06-14_Pantry and Palate 2

D’une part, elle est discrète, à l’instar du peuple qui s’en nourrit. D’autre part, elle souffre de la comparaison – injuste, à mon avis – avec la nourriture cadienne de la Louisiane, qualificatif qui reflète en fait un étiquetage identitaire d’une tradition culinaire créole, essentiellement franco-africaine dans ses origines.

Simon m’a demandé de vous adresser brièvement la parole afin de souligner quelques observations relativement aux destinées divergentes de ces deux traditions culinaires de la diaspora acadienne.

Lire la suite »

« Malgré tout ça, nous sommes forts » : entrevue avec le cinéaste Phil Comeau

Œil sur l’Acadie / CRÉAcT en action ! – Le 25 novembre 2016, à peine trois mois après la première diffusion du documentaire Zachary Richard, toujours batailleur sur la chaîne Unis TV, le réalisateur Phil Comeau, originaire de la région de Clare, est venu présenter ce film, ainsi que le court métrage Belle-Île-en-Mer, île bretonne et acadienne, sur le campus de la Pointe-de-l’Église de l’Université Sainte-Anne. Organisée par la CRÉAcT et la Société acadienne de Clare, cette soirée a connu un succès considérable auprès du public d’ici. Puisque l’intérêt pour ces deux films n’a fait que s’accroître, aussi bien au Canada qu’en Louisiane et en Europe, nous présentons ici quelques extraits de la causerie qui a suivi la projection.

Clint Bruce : On voit que le générique indique « Phil Comeau, recherche ». Moi j’ai regardé le film avec mon œil de chercheur. Ma première question serait de savoir, Phil : qu’est-ce que tu as appris de nouveau pendant ce film ?

Phil Comeau : De nouveau, c’est que la résilience continue en Louisiane. J’ai rencontré, à force d’y aller une dizaine de fois, plein de gens – dont la plupart vous voyez dans le film et quelques nouveaux – qui se battent pour la culture, qui se battent pour la langue française, qui sont fiers d’être Acadiens. Il y a énormément de gens qui viennent ici ; la Baie Sainte-Marie est probablement le pôle le plus fort pour les Cadiens de la Louisiane. Jean Douglas Comeau, avec ses cours d’immersion à l’université, en a attiré plus de mille depuis les années 60, je crois. On a vraiment une grosse connexion avec les Cadiens parce que beaucoup de nos propres ancêtres ont aussi été en prison à Halifax ; donc ils ont passé du temps ensemble et il y a un lien. Évidemment on était tous cousins.

C. B. : C’est un film qui met en scène Zachary Richard. Toi tu y étais très discret : on ne te voit pas, pourtant on voit ton œil partout. Peux-tu nous parler de cette collaboration-là ?

Lire la suite »