VITE ! VITE ! ALLEZ LIRE… Paroles et regards de femmes en Acadie (2020)

Pour mieux comprendre l’Acadie et sa situation en contexte mondial, il existe beaucoup de textes qu’ il est possible de consulter gratuitement. Pendant la pandémie de COVID-19, les revues savantes et maisons d’édition font des efforts pour rendre encore plus accessibles ces ressources afin de mettre le savoir à la portée de tout le monde. Dans cet esprit-là, la CRÉAcT signalera chaque vendredi un article ou un livre en études acadiennes ou bien dans un domaine connexe. Cette initiative s’intitule : Vite! vite! allez lire…Couverture 2

Pour débuter : un livre récent et important, Paroles et regards de femmes en Acadie, un ouvrage collectif dirigé par Jimmy Thibeault (titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones, ou Créaf, ici à l’Université Sainte-Anne), Michael Poplyansky, Stéphanie St-Pierre et Chantal White, et paru cette année aux Presses de l’Université Laval. Réunissant douze études issues de plusieurs disciplines en sciences humaines, Paroles et regards de femmes en Acadie a l’ambition de « définir l’apport qu’ont eu, qu’ont et qu’auront les femmes à la construction d’une pensée sociale, politique et culturelle en Acadie » (p. 1) et ainsi à légitimer l’étude de cette problématique. Qu’il s’agisse de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme à la femme des années 1960 ou de l’œuvre romanesque de France Daigle, des perspectives originales sont au rendez-vous.

Ces recherches de pointe loin de la vision simpliste de la seule figure d’Évangéline!

Paroles et regards de femmes en Acadie est disponible en version PDF ici. L’édition papier peut également être commandée (voir lien ci-dessous).

À noter que deux chapitres découlent des projets associés à la CRÉAcT:

  • Clint Bruce, «De l’acadianité en contexte louisianais : Les Veillées d’une sœur ou le destin d’un brin de mousse (1877), autobiographie de Désirée Martin»
  • Rachel Doherty, «Performances queer des légendes acadiennes chez Antonine Maillet et Régis Brun»

Bonne lecture et bonnes découvertes!

 

Port Acadie – Entretien avec Dean Louder (1943–2017) : regards sur le Projet Louisiane

Trois an après le décès inattendu du géographe Dean Louder, nous lui rendons hommage en rediffusant cet entretien recueilli par Clint Bruce et paru dans la revue Port Acadie, numéro 29.

Au mois de mai 2017 nous avons appris avec tristesse le décès du géographe Dean Louder[1]. Originaire de l’Utah aux États-Unis, ce Québécois d’adoption aura marqué de manière durable les études sur la francophonie nord-américaine, notamment à travers ses collaborations avec Eric Waddell, son collègue de l’Université Laval. Dans un texte d’hommage paru dans la revue Rabaska, Yves Frenette et André Fauchon retracent l’évolution de la vision généreuse du fait francophone qu’il aura développée à partir des années 1980 :

Ce n’était donc plus la langue qui cimentait l’Amérique française de Louder et Waddell, mais une façon d’être s’abreuvant à des réseaux flous et à une mémoire des origines. […] Toutefois, à force de pérégriner et sous l’influence de certains de leurs disciples, et aussi de leurs critiques, Louder et Waddell prirent conscience de la diversité franco-américaine, au sens large du terme, du poids culturel des Antilles dans la constitution de la francophonie nord-américaine et de l’existence de la créolité. C’est de cette manière que, au tournant du XXIe siècle, leur Amérique française devint une Franco-Amérique[2].

Ensemble, les deux géographes ont codirigé l’ouvrage collectif Du continent perdu à l’archipel retrouvé : le Québec et l’Amérique française (Québec, Presses de l’Université Laval, 1983, 292 p.); avec Éric Morisseau, Vision et visages de la Franco-Amérique (Sillery, Septentrion, 2001, 320 p.), où se mêlent témoignages et essais par des chercheurs; et Franco-Amérique (Sillery, Septentrion, 2008, 400 p.), réédité en 2016. Infatigable voyageur, Louder réunit des chroniques de ses carnets de route dans Voyages et rencontres en Franco-Amérique (Québec, Septentrion, coll. « Hamac-carnets », 2013, 265 p.).

L’entretien que nous présentons ici fait découvrir les premiers contacts du chercheur avec la francophonie des États-Unis, lors de sa participation au Projet Louisiane, initiative pluridisciplinaire menée par une équipe de chercheurs canadiens entre 1976 et 1979. Le grand objectif du Projet Louisiane consistait à explorer les dynamiques culturelles à l’œuvre autour du renouveau ethnique dans cet État du Sud américain à l’héritage francophone complexe. Plusieurs de leurs travaux remettent en question la survalorisation de l’élément acadien par l’élite culturelle[3]. Même si l’intérêt pour la Louisiane est attisé, dans un premier temps, par les actions du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), agence d’État créée en 1968, la portée du Projet Louisiane dépasse de loin ce mouvement « officiel ». Notre échange avec M. Louder, enregistré au téléphone en mai 2016, porte plus précisément sur les rapports entre les chercheurs canadiens et leurs interlocuteurs louisianais — rapports qui ne manquent pas de piquant.

Il s’agit ici d’une transcription abrégée et adaptée d’une conversation qui a duré environ une heure[4].

CB : Merci, Dean, de m’avoir accordé quelques minutes pour parler de tes expériences au sein de l’équipe du Projet Louisiane. Peut-être pouvons-nous aborder en premier tes rapports avec le fondateur du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), feu James Domengeaux. J’ai eu vent d’un incident où il t’aurait traité de « son of a bitch ». Que s’est-il passé?

DL : On avait déjà commencé le Projet Louisiane. Gerald Gold, qui en était vraiment le père[5], s’était fait un devoir d’aller voir Domengeaux, pour dire : « Nous sommes ici et on va faire des recherches. Voici ce que nous pourrons faire. » Au tout début j’avais l’impression que Domengeaux était très content, et même flatté. Il avait fondé CODOFIL et voilà que quelques années plus tard, il y a eu quand même une certaine reconnaissance internationale dans la communauté des savants, des chercheurs — des Canadiens, même. Donc, c’était très flatteur pour lui. Mais Jimmy [James Domengeaux] avait, un peu partout, des gens qui surveillaient pour lui. Il avait même un clipping service, c’est-à-dire que chaque fois qu’il y avait quelque chose dans les journaux, il y avait quelqu’un qui en faisait une coupure pour lui. Or, cette année-là, j’habitais à Gretna, moi et ma famille. Je faisais mes emplettes chez Nicholson et Loup, qui avaient deux magasins, l’un près de chez nous et l’autre à Westwego, sur le Westbank Express[6]. Nicholson, lui, était sénateur à l’assemblée législative louisianaise[7]. Alors, Domengeaux connaissait tout ce monde-là. Puisque ce Elwyn Nicholson était un Cadien, je suis allé le voir dans son magasin, dans son bureau. Il m’a dit qu’il venait des Avoyelles et qu’il parlait français, mais il ne voulait pas parler en français avec moi. Il ne m’a jamais parlé en français, même s’il pouvait probablement le faire. Mais c’était un peu la gêne, tu sais. Je l’ai rencontré une autre fois à son épicerie sur l’Expressway. Westwego est une communauté cadienne, tu sais.

Lire la suite sur Érudit…

1. À noter que le présent numéro de Port Acadie, daté printemps 2016, a été préparé au cours de l’année 2017.
2. Yves Frenette et André Fauchon, « Dean Louder : 1943-2017 », dans Rabaska : Revue d’ethnologie de l’Amérique française, vol. 15, 2017, p. 207–209.
3. Voir notamment Eric Waddell, « La Louisiane française : une poste outre-frontière de l’Amérique française ou un autre pays et une autre culture? », dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 23, no 59, p. 199–215.
4. La transcription de cet entretien a été effectuée par Réanne Cooper, assistante de recherche de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT).
5. Spécialiste de l’ethnicité et de l’anthropologie économique, Gerald Gold fut dès 1975 l’instigateur du Projet Louisiane auquel Louder se joignit par la suite. Parmi ses travaux issus de cette initiative, on consultera avec profit Gerald L. Gold, Cousin and the Gros Chiens : The Limits of Cajun Political Rhetoric (Projet Louisiane, Document de travail no 1), York (Ontario), Dept. of Anthropology, York University, 1978, 35 p., ainsi que Gerald L. Gold, « The Cajun French Debate in Louisiana », dans Beverly Hartford, Albert Valdman et Charles Foster (dir.), Issues in International Bilingual Education. The Role of the Vernacular, New York, Plenum, 1982, p. 221–240. Monsieur Gold est décédé en mars 2016, quelques semaines avant cet entretien. Voir l’annonce de son institution ici.
6. Ces localités, qui se trouvent en banlieue de la Nouvelle-Orléans, représentaient l’une des trois zones urbaines étudiées par le Projet Louisiane, avec Lafayette et Port Neches (Texas).
7. Originaire de Westwego, Elwyn John Nicholson (1923–2014) est élu au Sénat louisianais en 1972, où il occupe un siège pendant 16 ans.

«Les médias haïtiens dans la crise du coronavirus ou l’épreuve du trilemme de Münchhausen (2ème partie)» – Luné Roc Pierre Louis

Chronique invitée – Luné Roc Pierre LouisLuné Roc  Pierre Louis est professeur à l’Université d’État d’Haïti et l’auteur de plusieurs ouvrages sur les médias et la question de la démocratie en Haïti. Docteur en information et communication de l’Université Catholique de Louvain, il s’est associé à la CRÉAcT à titre d’invité d’honneur dans le cadre du colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures.

Suite de la première partie

Il convient de parler de trilemme pour cerner l’imbroglio dans lequel se trouvent les médias haïtiens à un moment où ils pourraient tout simplement exercer leur mission de manière la plus classique possible. En effet, il appert bien d’en distinguer trois écueils où les médias haïtiens, hors des thèmes classiques du trilemme de Münchhausen, tentent à la fois de s’imposer ex cathedra comme s’il s’agissait d’une rupture transcendante (i), de continuer le jeu tout par et pour la politique à la manière habituelle faisant penser à une regressio ad politicum (ii) et de faire au moins le minimum pour garder la ligne de la solidarité nationale prônée par le Président de la République (iii).

  • Écueil numéro 1 : l’essentialisation dramatisante comme rupture transcendante

Si dans le langage courant, le mot «crise» suscite la panique, tel n’est pas le cas d’un point de vue philologique. En grec classique, κρίσις (krisis), n’est pas synonyme de πανικός (panikos), autrement dit la crise n’est pas synonyme d’effroi ou de terreur. En revanche, le substantif κρίσις (krisis), ainsi que le verbe κρίνω (krinô) qui en dérive, en disent long. Cela pourra faire l’objet d’un long article, mais la présente réflexion se limite à reprendre pour la traduction de κρίσις (krisis), jugement et discernement et symétriquement pour le verbe κρίνω (krinô), juger et discerner.

Cela dit, tout acteur et plus particulièrement les médias qui préoccupent le présent billet, n’ont d’autre lot que le pari du discernement. En d’autres termes, si tant est qu’il leur soit loisible de jugement de ce qui se passe dans la réalité sociale, il leur incombe de faire preuve de discernement, au lieu d’imposer ce qu’ils construisent de l’espace public, tantôt ex cathedra, tantôt ex nihilo, tantôt dans un effet-marmelade amalgamant les deux. Bref, en temps de crise, il revient aux médias de ne pas s’imposer à la fois comme hiérophante et comme démiurge.

«Depuis la disposition officielle de l’état d’urgence sanitaire le 19 mars écoulé, les médias haïtiens n’ont guère changé leur fusil d’épaule. Ils procèdent de leur méthode habituelle consistant à poser des conclusions hâtives et sommaires amalgamant par le fait même l’effet-marmelade évoqué.»

Pour ce qui concerne les médias haïtiens depuis la disposition officielle de l’état d’urgence sanitaire le 19 mars écoulé, ils n’ont guère changé leur fusil d’épaule. Ils procèdent de leur méthode habituelle consistant à poser des conclusions hâtives et sommaires amalgamant par le fait même l’effet-marmelade évoqué. De manière symptomatique, la plupart de journalistes prétendent faire passer leurs déclarations pour des analyses scientifiques et que celles-ci donnent lieu à leur tour à des conclusions qui, in fine, s’accusent être des pétitions de principe (petitio principii). Ce faisant, les médias haïtiens n’ont rien changé en termes de modi faciendi, de mode de faire et de traditions de travail. Dit autrement, les médias suivent tout linéairement la voie habituelle de l’essentialisation, synonyme d’une rupture transcendante dramatisante.

  • Écueil numéro 2 : la préséance aux acteurs politiques ou regressio ad politicum

Du moment où la pandémie commençait à se faire sentir un peu partout dans le monde, les médias haïtiens ne prenaient pas la tangente. Ils faisaient appel à des acteurs du champ médical, s’agit-il des médecins en général et des épidémiologistes, des infectiologues et des pneumologues dans une certaine mesure pour exposer ce qu’il fallait saisir de la virulence des virus de type Sars-CoV en général et du Sars-CoV-2 ou COVID-19 en particulier.Lire la suite »

«Les médias haïtiens dans la crise du coronavirus ou l’épreuve du trilemme de Münchhausen (1ère partie)» – Luné Roc Pierre Louis

Chronique invitée – Luné Roc Pierre LouisLuné Roc  Pierre Louis est professeur à l’Université d’État d’Haïti et l’auteur de plusieurs ouvrages sur les médias et la question de la démocratie en Haïti. Docteur en information et communication de l’Université Catholique de Louvain, il s’est associé à la CRÉAcT à titre d’invité d’honneur dans le cadre du colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures.

La pandémie due au coronavirus ou à la COVID-19 provoque une crise sans précédent dans l’histoire contemporaine, en Haïti comme partout. Aussi convoque-t-elle d’une part les États, qu’ils soient du Nord, du Centre ou du Sud et d’autre part, les acteurs de quelque échelon qu’ils soient, des centres des pouvoirs de l’État jusqu’au citoyen lambda, en passant par les institutions de médiation, le monde des affaires, la société civile, les médias, les organismes supranationaux, les organisations internationales et les organisations non-gouvernementales pour les mettre face à la nudité de leurs responsabilités.

D’emblée, il n’est pas incongru de souligner que la crise de la pandémie du coronavirus entraîne à son tour, comme corollaire la crise du mythe du complot (dit arbitrairement théorie du complot), sans pourtant sous-estimer la crise des fake news qui cherche à s’imposer comme étant un corollaire supplémentaire. Le présent billet se concentrera sur celle du coronavirus sous les auspices des médias et exclusivement les médias haïtiens. Dès lors, l’on pourrait à juste titre parler de diégèse orale par opposition tant à la mimesis qu’à la diégèse tout court pour aborder le récit médiatique que se forgent les médias haïtiens, attendu que la question de média en Haïti se limite surtout à la radiodiffusion. Ni la presse écrite, ni la télévision n’ont d’emprise en Haïti. La télévision peine encore à s’intégrer dans la formation sociale haïtienne, tandis que le feu de la presse écrite s’éteignit depuis 1957, c’est-à-dire au début du régime des Duvalier, à l’époque où Haïti comptait quelque sept quotidiens et 54 périodiques pour se ramener de nos jours à un seul journal à proprement parler.

«Versée dans l’amateurisme, la télévision demeure rachitique et anémiée en Haïti. La radio y règne et le pays compte quelque 533 stations de radio dont 398 officiellement reconnues par le Conseil national de télécommunications.»

Un mot vaudrait encore mille images en Haïti, pour autant que le pays compte quelque 167 chaînes de télévision dont 111 officiellement reconnues (septembre 2019) par l’institution d’État chargée de réguler le secteur médiatique (téléphonie comprise), en l’occurrence le Conseil national de télécommunications. Versée dans l’amateurisme, la télévision y demeure rachitique et anémiée. La radio y règne et le pays compte quelque 533 stations de radio dont 398 officiellement reconnues par ledit Conseil (septembre 2019).

Pour le compte de ce billet, l’usage du concept de média se fait de manière générique, car le substrat d’analyse table sur le récit que se forgent les radios haïtiennes. Par ailleurs, il convient d’évoquer sous un tout autre jour le trilemme de Münchhausen pour essayer de comprendre les substrats résultant de l’appréhension que se font les médias haïtiens en abordant la crise que provoque la pandémie du coronavirus. Avant d’y arriver, il importe de jeter, grosso modo, un coup d’œil sur la production de la machine médiatique haïtienne d’ante COVID-19.Lire la suite »

Mois de l’histoire des Noirs : Quand l’activisme passe par la poésie (reportage de «Michel le samedi», Radio-Canada Acadie, 8 février 2020)

États de la recherche / Au fil de l’histoire – Le 8 février dernier, l’émission Michel le samedi, animée par Michel Doucet, a diffusé un reportage d’Isabelle Robichaud au sujet de mon livre à paraître chez The Historic New Orleans Collection / University of Virginia Press, Afro-Creole Poetry in French from Louisiana’s Radical Civil War-Era Newspapers : A Bilingual Edition. Découvrez ici le reportage d’Isabelle Robichaud : «Quand l’activisme passe par la poésie». 

L’ouvrage sera disponible à partir du 13 mai prochain.

Crédit photo : Radio-Canada / Isabelle Robichaud

Explorer l’interculturel en Algérie – Photos du colloque Le Moi et l’Autre (Université Blida 2 – Lounici Ali)

Blida RECTEUR ACCUEIL
Lors de l’ouverture du colloque Le Moi et l’Autre, M. Khaled Ramoul, recteur de l’Université, Blida 2 – Lounici Ali, a pris la parole en tant que président d’honneur.

Comment comprendre «cette dualité qui existe entre le Moi et l’Autre» et, à plus forte raison, sa constitution et sa remise en question par «le jeu des représentations mutuelles» ? Voilà la problématique qui vient d’être explorée, sous de multiples facettes, à l’occasion d’un important colloque international en Algérie. Les 19 et 20 novembre 2019 s’est déroulé à l’Université Blida 2 – Lounici Ali, le symposium Le Moi et l’Autre, de la tolérance à la rencontre. J’ai eu le plaisir d’y participer en présentant un survol des recherches de la CRÉAcT sur la diaspora acadienne. 

En réalité, l’intitulé de ce colloque se décline plutôt en italien : L’Io e l’Altro, dalla tolleranza all’incontroOrganisée par le Département d’italien, cette manifestation scientifique a été coordonnée par deux professeures, Mme Djaouida Abbas, qui est également doyenne de la Faculté des lettres et des langues, et Mme Aicha Chekalil, avec la collaboration du projet IDA (Image et déformation de l’Autre), rattaché au Centre de Recherche FIMIM de l’Université de Bologne, en Italie. Qu’à cela ne tienne : des interventions ont aussi été présentées en arabe, en français et en anglais. Une convergence véritablement multilingue et plurinationale.

L’Université Blida 2 est située dans le giron du massif de l’Atlas blidéen, à une trentaine de kilomètres de la Méditerranée. Ça bouge sur ce campus ! (Pour en avoir une idée, lire cet entretien avec le recteur, M. Khaled Ramoul, également président d’honneur du colloque.) Il y a non seulement plusieurs projets de construction et d’agrandissement, mais la recherche scientifique y jouit d’un dynamisme palpable. Si je tenais à prendre part à ce congrès, c’était surtout dans l’espoir de nouer des liens avec des collègues en Algérie. Le coup n’a pas été manqué.

En attendant que naissent de beaux lendemains à la suite des échanges qui ont eu lieu, ces quelques photos donneront un aperçu des activités du colloque. Je profite de l’occasion pour exprimer ma plus profonde reconnaissance envers mes collègues Djaouida Abbas et Aicha Chekalil, ainsi qu’à toute l’équipe de professeur-e-s et de bénévoles étudiant-e-s. La légendaire hospitalité algérienne s’est montrée bien à la hauteur de sa réputation !

M. Clint Bruce

Conférence de Gregory Kennedy : La contribution de la Baie Sainte-Marie au bataillon acadien de la 1ère Guerre mondiale

11 novembre 2019 – Il y a quelques jours notre collègue de l’Université de Moncton, Gregory Kennedy, professeur d’histoire et directeur scientifique de l’Institut d’études acadiennes, était de passage à l’Observatoire Nord/Sud pour des réunions de travail autour du projet Repenser l’Acadie dans le monde : études comparées, études transnationales. Sa visite lui a donné l’occasion de présenter ses recherches en cours sur une facette méconnue de l’histoire acadienne : le bataillon acadien (165e) de la Première guerre mondiale.

Pour ce Jour du souvenir, nous rendons disponible la conférence qu’il a prononcée le soir du mardi 5 novembre 2019, dans l’Espace Murielle-Comeau de l’Observatoire Nord/Sud, et à laquelle ont assisté une trentaine de personnes : La contribution de la Baie Sainte-Marie au bataillon acadien de la Première guerre mondiale(Voir résumé et biographie ci-dessous.) Cette conférence a été également parrainée par le Centre acadien et la Société historique acadienne de la Baie Sainte-Marie.

Lire la suite »

Le Colloque sur les médias, un succès historique ! (Communiqué de l’Université Sainte-Anne)

Note : d’autres suivis sur le colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures seront publiés dans les semaines et mois à venir.

Pointe-de-l’Église (N.-É.), le 18 octobre 2019 – Du 4 au 6 octobre dernier, près d’une centaine de personnes venues de partout au Canada et de l’international se sont réunies au campus de Pointe-de-l’Église de l’Université Sainte-Anne pour participer au colloque « Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement ». Cette manifestation scientifique et communautaire était organisée par le Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne, sous l’égide de l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne.

La coprésidence du colloque était assurée par Clint Bruce, titulaire de la CRÉAcT et professeur à l’Université Sainte-Anne, et Natalie Robichaud, directrice générale de la Société acadienne de Clare et étudiante à la maîtrise ès arts en Cultures et espaces francophones à l’Université Sainte-Anne. Tous les deux se disent très satisfaits des échanges et du dialogue qui ont eu lieu et sont impatients de voir les projets qui vont en découler.

Lire la suite sur le site de l’Université Sainte-Anne…

Quand les morts s’adressent aux vivants… (Compte rendu de M. Daggett, Spiritualism in Nineteenth-Century New Orleans: The Life and Times of Henry Louis Rey (Jackson, University Press of Mississippi, 2017)

Nous faisons part aux lectrices et lecteurs de ce blogue de notre compte rendu de l’ouvrage de Melissa Daggett, Spiritualism in Nineteenth-Century New Orleans: The
Life and Times of Henry Louis Rey (Jackson, University Press of Mississippi, 2017). Cette recension a paru l’an dernier dans la Revue d’histoire de l’Amérique française. Le sujet de cette étude autobiographique, à savoir le Créole néo-orléanais Henry Louis Rey, militant des droits civiques à l’époque de la Reconstruction en Louisiane, a signé plusieurs textes qui figureront dans notre livre à paraître chez The Historic New Orleans Collection, Afro-Creole Poetry in French from Louisiana’s Radical Civil War-Era Newspapers: A Bilingual Edition.

L’abandon des religions traditionnelles en faveur de croyances alternatives est loin d’être l’apanage de la postmodernité. Au XIXe siècle, alors que les sociétés occidentales composent avec les effets de l’industrialisation et les chocs des révolutions démocratiques, une «nouvelle religion» déferle sur l’Europe et les États-Unis: le spiritisme ou spiritualisme. La communication 2019-10-10_Daggettavec les esprits des trépassés, qui s’expriment à travers des médiums, constitue sa principale pratique, associée au radicalisme des abolitionnistes, féministes et autres réformateurs. Dans les États esclavagistes, la relation entre spiritisme et radicalisme limite l’implantation de ce phénomène. En Louisiane, cependant, ce mouvement trouve des adeptes parmi la population créole de La Nouvelle-Orléans, notamment chez les gens libres de couleur, victimes de discrimination raciale. Concis mais très soigné, cet ouvrage de Melissa Daggett, professeure d’histoire américaine au San Jacinto College (Texas), explore les résonances idéologiques du spiritualisme des Créoles progressistes en retraçant la vie d’Henry Louis Rey (1831-1894), militant des droits civiques à l’époque de la guerre de Sécession et de la Reconstruction.

L’approche micro-historique fait l’originalité et la richesse de cette étude qui approfondit des voies ouvertes par Caryn C. Bell (1997), Sheri Abel (2009) et, plus récemment, par Emily S. Clark (2016). Bien que Rey ne soit pas un acteur majeur des événements de son temps, il aura joué un rôle digne de mention. Capitaine au sein de la première unité noire de l’armée américaine, il est ensuite élu à la législature de l’État de la Louisiane avant d’œuvrer à l’intégration raciale des écoles. Né dans une famille originaire de Saint-Domingue, il découvre son don de médium à la fin des années 1850. À Rey et à ses camarades, les messages parvenus d’outre-tombe – aussi bien de leurs proches que de Toussaint Louverture, d’Abraham Lincoln ou de Vincent de Paul – procurent réconfort spirituel et direction idéologique pendant près d’une trentaine d’années
de combats politiques menés par l’élite francophone de couleur.

Lire la suite dans la Revue d’histoire de l’Amérique française…

 

Sylvain Lafrance et Luné Roc Pierre Louis : invités d’honneur au colloque «Les médias francophones sous toutes leurs coutures» (4-6 octobre 2019)

Du 4 au 6 octobre, l’Université Sainte-Anne accueillera l’édition 2019 du colloque du Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne, Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement. Organisée sous l’égide de l’Association des collègues et universités de la francophonie canadienne et coordonnée par l’Observatoire Nord/Sud en collaboration avec la Société acadienne de Clare, cette manifestation scientifique et communautaire s’annonce comme un important lieu de partage et d’échange autour d’enjeux cruciaux à l’ère de la transition numérique. (Voir la programmation sur le site du colloque.)

Nos réflexions seront orientées par deux conférenciers d’honneur : Sylvain Lafrance, de HEC Montréal, et Luné Roc Pierre Louis, de l’Université d’État d’Haïti.

Leader du domaine de la communication, reconnu comme tel au Canada et dans le milieu international, Sylvain Lafrance est également, depuis 2012, professeur à HEC Montréal, où il assure la direction du Pôle Médias. Il vient d’être nommé à la présidence du conseil d’administration de TV5 Numérique. Il a dirigé la Société Radio-Canada au 2019-09-05_Revue Gestionmoment du passage crucial à l’ère numérique. Cette expérience a fait de lui l’un des leaders canadiens reconnu sur les enjeux du numérique et des réseaux sociaux. Conférencier réputé sur ces enjeux, il dirige également la revue Gestion HEC Montréal, un trimestriel destiné aux leaders des entreprises privées et publiques du Canada. Sa conférence d’honneur portera sur la thématique des «Nouveaux enjeux du monde médiatique au Canada français : pistes de solution» (vendredi 4 octobre à 9h, Salle Marc-Lescarbot). Son expertise est souvent sollicitée par les journaux francophones de la région Atlantique, à telle enseigne que c’est le directeur du Courrier de la Nouvelle-Écosse, Francis Robichaud, qui a recommandé sa participation au colloque. Sa présence est rendue possible grâce à l’appui du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes.

Voici, dans cette capsule présentée par le Conseil de presse du Québec, son point de vue sur les interactions entre les médias et les entreprises : 

Luné Roc Pierre Louis est professeur à la Faculté des sciences humaines de l’Université d’État d’Haïti, ainsi que chargé de cours à l’Institut des Sciences, des Technologies et des Études Avancées d’Haïti. Il détient un doctorat en Information et Communication de l’Université catholique de Louvain.2019-09-05_Constitution de 1987 Il est l’auteur de plusieurs travaux pertinents, notamment La Constitution haïtienne de 1987 est-elle un produit importé ? Essai sur le folklorisme médiatique, paru aux éditions l’Harmattan en 2018. Son approche puise notamment dans la phénoménologie, l’épistémologie et la sémantique, tandis que son expertise sur la sphère publique en Haïti a fait de lui un chercheur renommé. Son séjour à l’Université Sainte-Anne est rendu possible grâce à une bourse de mobilité du Centre de la Francophonie des Amériques. Sa conférence d’honneur s’intitulera : «Les métamorphoses du folklorisme médiatique dans les arcanes du populisme : une herméneutique de la production médiatique haïtienne contemporaine» (samedi 5 octobre à 14h00).

À la faveur d’une résidence de quelques jours à l’Observatoire Nord/Sud, le professeur Pierre Louis offrira aussi les interventions suivantes : 

  • Mercredi 2 octobre 2019 : émission spéciale à la radio CIFA 104,1 FM, Découvrons Haïti !
  • Jeudi 3 octobre 2019 : Rencontre de travail avec l’équipe du Courrier de la Nouvelle-Écosse et présentation dans le séminaire CEFR 6113 : Cultures et espaces francophones.

Il a abordé le thème de son dernier livre dans un entretien dans le cadre de l’émission haïtienne Dèyè kay (Derrière la maison) :

MM. Lafrance et Pierre Louis prendront part au Forum sur l’avenir des médias francophones (samedi 5 octobre 2019 à 15h00) et M. Pierre Louis fera part de ses impressions du colloque lors d’une table ronde de synthèse (dimanche 6 octobre à 11h15).

Les deux conférences d’honneur seront diffusées sur le web, à travers la chaîne TV Sainte-Anne.